Castelnaudary. Un «escape game» avec la gendarmerie.

Meurtre à l'ancien tribunal, une enquête est ouverte !

Que s'est-il donc passé dans la salle d'audience de l'ancien tribunal, dans la nuit de mardi à mercredi ? Il semblerait qu'un célèbre bijoutier, «la légende vivante du négoce de diamants «y a été assassiné, que ce serait un proche qui a donné l'alerte et que la gendarmerie aurait dépêché, sur les lieux du crime une équipe de choc. Et quelle équipe !

 

tribunal First Clue - Escape Game Toulouse - First Clue - Escape Game Toulouse

Escape game réalisé par les élèves du lycée Germaine-Tillion, enquêteurs d'un jour pour un escape game au tribunal de Castelnaudary

 

 

Enquête avec les gendarmes

Voici donc nos détectives en herbe à la recherche d'indices. La scène de crime avait été soigneusement préparée par des spécialistes enquêteurs : l'adjudant Gilles Aubry, technicien en identification criminelle et l'adjudant-chef Biedma, commandant la brigade de recherches de Castelnaudary. D'entrée, les jeunes sont mis en situation, brifeés par les militaires et Florence Florence Grau, coordinatrice du CDAD de l'Aude. A eux maintenant de procéder à l'enquête sur les conseils avisés toutefois des enquêteurs professionnels qui les remettent dans le droit chemin quand ils ont tendance à s'en écarter. «Il faut partir du plus près», les engage l'adjudant-chef Biedma. Reste à surmonter la retenue à approcher un cadavre même si ce n'en est pas un.

Le but est de comprendre comment fonctionne une enquête pénale et comment la mener. Des séances comme celles-ci démystifient pas mal de choses, ils réalisent ainsi que la réalité est bien plus complexe que dans une série télévisée de 45 minutes. Et pourquoi pas susciter des vocations.

Ludique et pédagogique

«Cette action est à la demande du ministère de la Justice à l'occasion de la journée de l'Enfance. Elle a pour but de promouvoir l'accès au Droit dans le cadre de la procédure pénale. Pourquoi un escape game? Parce que c'est un thème qui les intéresse par le biais de séries, films… Cela a un côté ludique, et un autre pédagogique. Le Droit, rigoureux, c'est quelque chose qui ne leur parle pas trop», relève Florence Grau. «Cela leur permet aussi de travailler en équipe, de s'écouter. Ils ont du mal à communiquer et même quand ils sont bloqués, ils n'ont pas forcément le réflexe d'aller chercher de l'aide».


Imprimer